cityscape – landscape

Art et habiter, Arts d’habiter :

Engagée sur l’étude du développement urbain, mon travail est animé par une profonde réflexion sur les relations qu’entretiennent les sociétés avec les territoires qu’elles occupent. Je m’intéresse aux multiples façons et formes d’habiter sur notre planète. La gestion et la préservation de ses territoires : ses forêts, ses villes, ses campagnes, sa rue ou encore son quartier. Plus largement, à la notion « d’espace » elle-même et à toutes activités symboliques, culturelles générées par tout un chacun.e.s dans le fait et la façon d’investir un lieu comme dimension de soi, un/des « chez-soi », qu’ils soient individuels ou collectifs. Je m’intéresse particulièrement aux impacts et enjeux liés à ces questions en contexte urbain, le gestion/privatisation de l’espace public comme à tout phénomène de mise en récit géographique.

Habitat et logement ;

Habiter n’est pas juste se loger. C’est dans la relation entre l’homme et son logement que se situe l’habiter. Le logement est seulement la matérialisation géographique qui sous-tend l’activité d’habitation. Selon les formes que « se loger » peut prendre, habiter un lieu peut être : temporaire, fixe, mobile, à ciel ouvert, un appartement, une tente. Ou encore incarné par l’occupation d’un bout de trottoir. Parce que se loger reste parfois un droit dont beaucoup sont privé.e.s et, qu’ habiter librement un lieu est de plus en plus souvent remis en question ou, objet d’injonctions orientées, non sans conséquences, à travers mon travail je défends le droit à la mobilité universel, comme le droit de pouvoir disposer de ses propres choix et moyens inhérent à son/ses lieux d’habitat quel qu’ils soient. Tout comme la dignité à pouvoir préserver ce dernier, et à disposer justement des moyens nécessaires à le faire dans le respect d’une vie en collectivité.

Penser, créer, transmettre et témoigner, avant tout être engagé :

« quillien cécile photographie & presse » est une démarche engagée à travers un travail de terrain et d’action social au quotidien. La volonté de prendre du recul et, de participer à produire des connaissances sur ces questions, tout comme celle de contribuer à leurs transmissions, à justement donner naissance à cette activité « de témoignage ». Ceci à travers la photographie, l’écriture et l’animation de débats en liens avec ces thématiques.

Habiter, se déplacer, témoigner librement, contribuer ainsi à co-habiter ensemble un monde mouvant.

___________share toFACEBOOK___________share toPINTEREST___________back toBLOG___________share toTWITTER___________contactGET IN TOUCH